test colonne

Le baguage, un outil de connaissance

[row][column size= »1/2″ center= »no » class= » »]

Les oiseaux capturés

Sur le site protégé le baguage est un suivi scientifique menée selon les protocoles nationaux du Centre de Recherche par le Baguage des Populations d’Oiseaux (CRBPO). Les populations de passereaux sont capturées lors de leur migration post-nuptiale.

Les données récoltées : mesure de la taille de l’aile, mesure du tarse, estimation du taux de graisse accumulé par l’oiseau (sur une échelle de 1 à 4), poids total. Tous ces indicateurs alimentent une base de données nationale. Ainsi, un travail d’analyse permet de mettre en avant la viabilité de la population, de visualiser des accidents démographiques, d’appréhender des modifications environnementales qui impacteraient un cortège d’espèces dépendantes d’un même habitat ou ressource alimentaire.

[/column] [column size= »1/2″ center= »no » class= » »]

Le baguage des limicoles

Depuis 25 ans, les limicoles font l’objet de recherches sur la réserve naturelle. Les objectifs sont de mieux appréhender les comportements des individus et espèces, l’usage fait au coeur de la mer des Pertuis (relations proie-prédateur), les évolutions intraspécifiques (évolution génétique, taux de survie). Cette opération de gestion s’inscrit dans des coopérations internationale (IWSG) ou nationale (RNF). En savoir plus.

9 espèces sont baguées sur la réserve dont 8 font l’objet d’un baguage couleur : Pluvialis squatarola, Calidris canutus, Limosa limosa, Limosa lapponica, Numenius arquata, Numenius phaeopus, Tringa totanus, et Tringa erythropus.

L’échantillon d’oiseaux contrôlés est significatif de l’ensemble des populations migratrices ou hivernantes sur la réserve naturelle ; 60 000 limicoles en hivernage chaque année place la réserve naturelle au 2e rang français pour l’accueil de ces oiseaux d’eau entre octobre et mars.

L’effort d’observation est nécessaire à la récolte de données et à leur analyse. Chacun peut participer!

[/column]

Les commentaires sont fermés